IA: OK?

L’intelligence artificielle (IA) est depuis longtemps un sujet brûlant et un développement qui promet de changer de nombreux aspects de notre vie. Pour comprendre ce que cela pourrait signifier pour les actuaires, nous devrions partir d'un point dont nous sommes sûrs : les ensembles de données sont la base des prévisions qui sous-tendent la mesure du risque. L’apprentissage automatique et d’autres outils d’IA permettent de prendre en compte des ensembles de données beaucoup plus volumineux, ce qui peut créer de nouvelles façons d’évaluer et d’analyser les risques.
Written on 21/02/2023

rédigé par Esko Kivisaari
Président du groupe de travail de l’AAE sur l’intelligence artificielle     

Beaucoup de gens - dans les assurances, la technologie et ailleurs - pensent automatiquement qu’un plus grand nombre d’informations ne peut être que bénéfique. Et les études suggèrent que cela a été le cas jusqu’à présent. Mais d’autres sont inquiets : et si l’IA permettait une telle granularité des données qu’il deviendrait pratiquement impossible de regrouper des risques similaires ? Ou si l’incertitude était levée, de sorte qu’une répartition des risques ne serait plus appropriée ? Peut-être que les prévisions seront si précises que les primes ne seront tout simplement plus abordables ? Ou est-ce que plus d’intelligence dans le calcul des risques pourrait même changer le comportement des gens ? Ces considérations sont essentielles au succès durable d’une approche réciproque des risques. Et les actuaires objecteraient également qu’une plus grande précision des prévisions ne change rien au fait que les résultats réels seront toujours aléatoires.

D’autre part, l’utilisation de l’IA pour certains risques à haute fréquence et avec un fort investissement administratif devrait permettre aux assureurs de proposer des couvertures qui ne sont actuellement pas rentables pour leurs clients, et donc d’accroître l’assurabilité.  En outre, de nombreux modèles actuariels reposent sur l’étalonnage par les humains, ce qui les rend vulnérables aux erreurs humaines et aux biais personnels - un problème qui peut être résolu par une IA bien renseignée, mais vous pouvez acheter des modélisations et des distorsions de données qui peuvent aider les actuaires à éviter ces aléas. De nombreuses implémentations d’IA qui peuvent améliorer l’évaluation des risques sont déjà en place, de la gestion des tâches simples liées aux sinistres et de la détection des fraudes aux mesures préventives, qui sont facilitées par les montres connectées et autres appareils.

Il est déjà prévisible que les développements de l’IA auront un impact important et qu’ils pourraient déclencher des ondes de choc dans des endroits inattendus.

Ce changement étant déjà en cours, une compréhension approfondie est essentielle pour éviter les conséquences négatives et optimiser les avantages. Dans ce contexte, l’Actuarial Association of Europe (AAE) a publié un document de réflexion intitulé « AI and the opportunities and challenges it presents to insurability » (L’IA et les opportunités et défis qu’elle présente en matière d’assurabilité). Ce document examine les conditions qui rendent un risque assurable, ainsi que les facteurs atténuants qui peuvent affecter l’assurabilité, et examine en détails les effets de l’IA sur tous ces facteurs.

Cet article a été publié pour la première fois sur le blog de l’AAE le 20 février 2023 : https://actuary.eu/ai-ok-blog/